A l’école, une armoire au fond de la classe abritait la «  bibliothèque ». Le samedi après-midi, pendant le cours de couture, une élève volontaire lisait à voix haute les titres disponibles et nous avions le droit d’emprunter un livre pour une semaine.

Carré de batiste dans une main, aiguillée de fil rouge dans l’autre, je m’efforçais d’aligner les points demandés tandis que la préposée du jour ânonnait avec application : En famille, Sans famille, L’Enigme du trèfle, La maison des petits bonheurs, Gulla châtelaine, Le Petit Trott, Les Quatre filles du docteur March, Les Petites filles modèles, Les Vacances, Les Mémoires d’un âne, Dilloy le chemineau, La Petite Fadette, La Mare au diable, Le Petit lord Fauntleroy…

Cependant, j’étais si avide de lecture qu’un malheureux livre par semaine était loin de me suffire ! Aussi pris-je un jour mon courage à deux mains et demandai-je à mon institutrice si je ne pourrais pas emprunter deux livres à la fois. Etonnée, elle me regarda par-dessus ses lunettes :

-          Deux livres ? Mais tu sais que tu devras les rendre tous les deux pour le samedi d’après ?

-          Oh, dis-je avec ferveur, je vous promets de les rendre au bout d’une semaine !

Et la permission fut accordée, pour mon plus grand bonheur. Le samedi soir j’emportais donc avec moi un cartable alourdi et je volais en chemin malgré le poids, tellement j’étais impatience de me plonger dans la lecture !