En 10ème, nous utilisions beaucoup nos ardoises, qui servaient à tous les petits exercices rapides de calcul ou de dictée. C’était rarement de vraies ardoises bordées de bois, mais en général de simples ardoises de carton, moins lourdes dans le cartable. Lorsque la maîtresse avait vérifié nos réponses, nous effacions notre ardoise à l’aide d’une petite éponge ronde que nous devions rincer et mouiller chaque soir chez nous, puis ranger dans sa boîte de plastique.

Oh cette petite éponge ! Je la trouvais jolie, toute ronde dans sa boîte translucide. C’était un objet fort plaisant, dont j’avais eu le droit de choisir la couleur au magasin. Mais à l’usage elle se révélait source de désagréments. Mal rincée, conservée dans la moiteur de sa boîte, elle sentait un peu mauvais et laissait sur les doigts une odeur âcre. Pas assez mouillée, elle n’effaçait pas bien et il fallait alors cracher dessus, ce qui était un peu dégoûtant.